À la découverte de l'Art Contemporain

Amiens est devenue depuis les années 90 un « terrain de jeux » pour les plus grands architectes parisiens et même internationaux

Photo de nuit de la maison de la cultureMaison de la culture - Amiens Métropole

Maison de la Culture - Place Léon Gontier 

Conçue par les architectes Pierre Sonrel, assisté de Jean Duthilleul et Marcel Gogois, la Maison de la Culture fut inaugurée le 19 mars 1966 par André Malraux, alors Ministre des Affaires Culturelles. 1ère Maison de la Culture à avoir été réalisée dans des locaux conçus à cet effet, elle demeure la seule scène nationale de la région Picardie. Entre 1991 et 1993, les architectes Gilles Duez et Van Hoa Huu, associés à l'urbaniste Gilles Gaignard et au scénographe Igor Hilbert, modernisèrent le bâtiment existant. Les façades furent enveloppées d'une écharpe de verre bleu. Depuis 1999, une oeuvre lumineuse et multicolore de l'artiste australien Warren Langley en fibre optique habille sa façade. Intitulée « Ode à Pianowski », elle rend hommage à Jules Verne en référence à son texte « Amiens : Une ville idéale en l'An 2000 » où il imaginait un concert retransmis simultanément à Amiens, Londres, Vienne, Rome et St-Petersbourg !
 

ColiseumColiseum - © L.Rousselin

Coliseum (Complexe sportif) – Rue Caumartin 

On le doit à Pierre Parat, architecte du Palais omnisports de Paris-Bercy. Inauguré en 1996, il est le lieu de résidence de nombreux clubs sportifs dont l'équipe de hockey sur glace : les Gothiques, vainqueurs Coupe de France 2019 et champions de France 1999 et 2004. Ce bâtiment abrite 2 patinoires dont 1 olympique, plusieurs bassins dont une piscine olympique et une salle omnisports de 1 500 places. Le complexe dispose également d'un dojo, de salles de chorégraphie et d'haltérophilie. Un stadium extérieur avec mini terrain de football synthétique complète l'offre.

Halles du Beffroi

Halles au Frais
Place Maurice Vast 

Ce centre commercial baptisé « Les Halles du Beffroi » a ouvert ses portes en 1993. L'architecte amiénois François-Xavier Legenne, Grand Prix de Rome, a développé sur le même îlot des logements ainsi qu'une résidence étudiante. A côté du beffroi, ce sont donc 17 commerçants (fromagers, boulangers, pâtissiers, maraîchers, charcutiers, bouchers, poissonniers, traiteurs, cavistes…) qui défendent la mémoire gustative et mettent à l’honneur les plus beaux produits de notre territoire.

ZénithZénith - © Maxime Dufour

Zénith - Avenue de l’Hippodrome 

L’italien Massimiliano Fuksas s’est vu confier la construction du16ème zénith de France… De forme elliptique conçue comme un élément sculptural, monumental, bénéficiant des avancées technologiques de ce début du XXIème siècle. Posé sur 250 pieux plantés jusqu’à 15m de profondeur dans les marais, particularité du terrain dans ce secteur de la ville. Son dôme est recouvert d’une toile en PVC rouge écarlate. Fuksas aura, avec ce joyau architectural inauguré en septembre 2008, réussi le pari d’inscrire Amiens dans le XXIème siècle, tout en lui offrant, dans un certain sens, sa première œuvre d’art Landscape. Il livrera à Strasbourg, quelques mois après, le plus grand Zénith de France. Celui d’Amiens peut accueillir jusqu’à 6 000 personnes selon sa configuration.

Stade de la LicorneStade de la Licorne - © L. Rousselin

Stade de la Licorne - Avenue de l’Hippodrome

Le stade accueille les matchs à domicile du club de football de la ville, l'Amiens SC. Il est nommé d'après la créature légendaire qui orne le blason de la ville. Il est inauguré le 24 juillet 1999. Reconnaissable par sa haute structure pare-vent transparente, ce stade de 12 097 places a été conçu pour que sa capacité puisse être portée à 20 000 places. Voulu par ses concepteurs (Atelier Chaix & Morel) comme un équipement à ciel ouvert, sa couverture galbée transparente est faite de 14 000 m2 de verre feuilleté, soit7 000 plaques de verre. Le stade a opté pour la suppression totale des grillages ; les tribunes descendent rejoindre la pelouse, sans fossé ni grille de protection… Johnny Hallyday y donne un concert d’inauguration le 7 juillet 1999 devant plus de 13 000 personnes…

Verrière gareVerrière gare - © C.Struy

Verrière de la Gare
Place Alphonse Fiquet 

L’architecte Claude Vasconi a conçu le nouvel aménagement de la place Fiquet, parvis de la gare. Il a couvert la place par une verrière, une canopée, qui redonne une attractivité et une identité forte au lieu tout en protégeant les voyageurs des intempéries. Au centre, le parvis a été creusé en pente douce pour rejoindre de plain-pied le niveau des quais et faciliter l’accès aux trains… Les niveaux d’origine se retrouvent désormais en position de belvédère et desservent les commerces en rez-de-chaussée des immeubles existants.

Tour Perret

Sablier de Verre de la Tour Perret
Place Alphonse Fiquet

La tour, édifiée par l’architecte Auguste Perret juste après la Seconde Guerre mondiale, fut en son temps le plus haut gratte-ciel d’Europe.Construite en béton, selon une technique encore peu courante à l’époque, elle culmine à 104 mètres pour 30 étages.
La tâche de l’architecte Thierry Van de Wyngaert et du concepteur lumière François Migeon n’était donc pas simple. C’est un morceau d’histoire de l’architecture européenne qu’ils ont revisité. Le résultat est impressionnant : un cube de verre de 6,6 m d’arête. Ses faces sont divisées en 12 bandes horizontales qui forment les graduations d’une horloge lumineuse. Le point haut marque l’heure. À l’intérieur de la structure, 12 cercles tri-néons répondent aux 12 graduations. Au crépuscule, le rouge apparaît puis le bleu s’installe, marquant le début de la nuit.

Les sculptures d'art contemporain dans le paysage urbain

Agualuna

« Agualuna »
Parc Saint-Pierre

le serpent de 40 m sur l’étang central en résine polyester et poudre de marbre de la mexicaine Yolanda Gutiérrez (2000).

La Demeure IV

« La Demeure IV » 
 Rue Saint-Leu

« La Demeure IV » , bronze d’Etienne Martin (1961), dépôt du Fonds National d’Art Contemporain, située sur la parvis de l’Eglise Saint Leu.

L'homme sur sa bouée - Balkenhol

Triptyque de Stephan Balkenhol (1993)
Quartier Saint-Leu

 Sculptures en chêne avec « l’homme sur sa bouée » au milieu de l’eau, « la femme à la chemise verte » et « l’homme à la chemise rouge » aux pignons des maisons de la place du Don, statues que les amiénois ont surnommé le mari, la femme et l’amant.

Editoriale